Chargement…

Millau et les Causses

Découvrir…

Le Couvent de la Salette, à Millau, est idéalement situé au croisement des gorges du Tarn et de la Dourbie. Aux abords des plans d’eaux, inscrit dans l’agglomération de Millau, mais en dehors du centre-ville, il permet en quelques minutes seulement de profiter de l’animation et des commerces tout en étant au calme, proche de la nature. L’accès par la route y est aisé. Un parking privatif sur place ainsi qu’un autre, public, à proximité directe, permet l’accueil du public dans les meilleures conditions. Le Couvent se situe à proximité des principales activités de nature, type canoë-kayak, parapente, accrobranche, VTT.

Millau

Ville d’art et d’histoire, capitale des sports et loisirs de nature, Millau a tout pour séduire. De son passé gallo-romain aux prouesses contemporaines de son célèbre viaduc, sans oublier ses hôtels particuliers et les halles modernistes de son marché couvert, elle offre un véritable voyage dans le temps. Au cœur des Grands Causses, elles est située, hier comme aujourd’hui, sur une voie de communication majeure.

Flâner dans Millau, découvrir son riche patrimoine, ses boutiques, ses bistrots, à l’ombre des platanes… La visite de la ville peut prendre une bonne journée, les plus pressés se contenteront d’une heure, mais la balade perd alors de son charme, d’autant que la cité aveyronnaise, même à échelle humaine, réserve de bien jolies découvertes. Les amoureux de belles pierres pourront ainsi admirer les vestiges du Vieux Pont construit au XIe siècle, classé Monument historique en 1934. De son passé médiéval subsiste la tour des rois d’Aragon, vestige du palais souverain, dont la base gothique érigée au XIIe siècle soutient un élégant beffroi octogonal édifié au XVIIe pour surveiller la ville. Son ascension offre un beau panorama.

De cette époque date aussi l’hôtel dit de Tauriac, accolé à la tour des rois d’Aragon, ou encore le célèbre hôtel de Sanbucy érigé par Jacques Duschene, conseiller du roi, maître particulier des eaux et forêts en Rouergue. Cet hôtel sur cour s’élevait hors des fortifications de la ville. Du siècle des Lumières, la ville possède quelques bâtiments remarquables, le lavoir de l’Ayrolle érigé au milieu du XVIIIe pour offrir à la cité les commodités de son temps, l’hôtel de Pégayrolles, qui abrite aujourd’hui le musée de la ville.

Non loin de là s’élève à l’emplacement de l’ancienne halle aux blés celles érigées en 1898 dans le style Baltard, architecture de métal, de brique et de verre. Les jours de marché, elle accueille de nombreux commerçants qui proposent des produits du terroir.

Rejoindre le centre-ville en partant du Couvent de la Salette est aisé. Le parcours peut se faire en voiture, mais nous vous conseillons de vous y rendre à pied – 20 minutes pour les plus courageux –, car la balade vous permettra de vous approprier la ville.

La Graufesenque

Située à la confluence des rivières du Tarn et de la Dourbie, sur une plaine alluviale riche en argile, la Graufesenque abrite un site archéologique gallo-romain où pendant deux siècles furent fabriquées des terres cuites vernissées, une céramique sigillée distribuée dans tout l’Empire romain du Ier au IIe siècle après J.-C. Ces ateliers de potiers étaient situés non loin de Condatomagos – en gaulois « le marché du confluent » –, à l’emplacement de la ville de Millau.

À l’époque d’Auguste et de Tibère, ces productions regardaient du côté de leurs modèles italiens. Cette vaisselle en terre cuite d’un rouge intense et caractéristique s’orne de motifs et de scènes mythologiques estampillés à l’aide de poinçons. Les collections issues des fouilles de la Graufesenque sont conservées au musée de Millau.

Le site archéologique est situé à 5 minutes du Couvent de la Salette, qui lui fait face. Le musée installé dans l’ancien hôtel de Pégayrolles, dans le centre-ville, est aussi accessible à pied, via les bords de la Dourbie. Comptez un quart d’heure d’une belle foulée.

Le musée

Le musée de Millau est installé dans l’ancien hôtel de Pégayrolles, belle bâtisse de style Régence, l’une des premières constructions entre cour et jardin de la ville, située au cœur du vieux Millau. Il fut construit par Jacques Julien de Pégayrolles, conseiller au Parlement de Toulouse à partir de 1738. Ses salles présentent des ensembles relatant l’histoire de la ville, des collections de paléontologie (le fameux squelette d’un élasmosaure, reptile marin disparu il y a plus de 70 millions d’années), d’archéologie avec la vaisselle en terre cuite vernissée des ateliers de la Graufesenque, de mégisserie et de ganterie (la ville est considérée comme la capitale du gant).

Le musée s’ouvre sur la jolie place Foch, appelée place d’Armes ou place du Marché, caractérisée par sa colonnade soutenant les couverts, typiques des villes du Midi. La place s’ouvre sur la façade de l’église et du monastère bénédictin de Notre-Dame.

Du Couvent de la Salette, comptez un quart d’heure d’une belle foulée.

La Puncho

La Puncho d’Agast forme l’extrémité du Causse Noir, le plus petit des Grands Causses, situé au sud du Massif Central. De ce pic de quelque 800 mètres d’altitude, la vue sur la ville de Millau et son célèbre viaduc est à couper le souffle. De là, le regard embrasse les deux vallées du Tarn et de la Dourbie. La Puncho est le lieu idéal pour le décollage des parapentes. À la belle saison, le ciel de Millau s’habille d’une multitude de couleurs, que forment les ailes de cet aéronef dérivé du parachute.

Comptez, du Couvent de la Salette, un petit quart d’heure en voiture.

Les Grands Causses

Les Grands Causses donnent leur nom à un ensemble de hauts plateaux, de vallées et de gorges situés au sud du Massif Central, à cheval sur les domaines atlantique et méditerranéen, en arrière-pays de la côte languedocienne. Ils sont formés de causses dits majeurs, le Comtal, le Séverac, le Sauveterre, le Méjean, le Causse Noir, le Causse Rouge et le Larzac. Situés au nord de la région Occitanie, ils forment depuis 1995 le parc régional des Grands Causses, le troisième plus grand parc de France après les Volcans d’Auvergne et le Parc de Corse.

Inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Humanité depuis 2011, il offre une multitude de paysages tout aussi variés que sublimes, plateaux calcaires, vallées, contreforts rocheux, rougiers, ces fameuses collines de couleur rouge brique, punchs et autres combes.

Du Couvent de la Salette, il est facile de rejoindre l’Hospitalité du Larzac ou La Cavalerie en une petite demi-heure.

Comptez un peu plus pour découvrir la cité fortifiée de la Couvertoirade, construite par les Templiers puis les Hospitaliers. Ce petit bijou de pierre perdu sur le Larzac est labellisé parmi les « Plus Beaux Villages de France ». Il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre « des Causses et des Cévennes ».

Le viaduc de Millau

L’ouvrage de tous les records ! Imaginé par l’architecte britannique Norman Foster, ce gigantesque viaduc fut achevé en 2004 après trois ans de travaux. Mesurant 2.460 mètres de long et 343 de haut, dépassant ainsi la célèbre Tour Eiffel de 19 mètres, le viaduc de Millau est bien plus qu’une prouesse technique, c’est un véritable ouvrage d’art.

Ses haubans dessinent dans le paysage une multitude de voiles qui, les jours de brume, réservent aux automobilistes un paysage à couper le souffle. L’aire du viaduc, aménagée dans l’ancienne ferme caussenarde de Brocuéjouls, est un formidable poste d’observation. C’est aussi l’occasion d’une pause gourmande aux Capucins, restaurant tenu par André Bras, qui met à l’honneur les produits et les recettes de la région Midi-Pyrénées.

Ne tardez plus, c’est à une petite demi-heure en voiture !

Les gorges du Tarn

Grandiose, époustouflant… les adjectifs ne manquent pas pour qualifier les gorges du Tarn, situées en bordure du Parc naturel régional des Grands Causses, l’une des plus belles balades au départ du Couvent de la Salette. Ses paysages naturels de roches sculptées par le temps où viennent s’accrocher ici ou là d’anciennes bâtisses comme le château de Peyrelade, forteresse du XIIe siècle érigée sur un éperon rocheux, est une étape obligée.

Ce vaste canyon creusé par le Tarn entre le Causse Méjean et le Causse de Sauveterre, peut se découvrir aussi en canoë ou en randonnée. Cette faille peut atteindre par endroit 500 mètres de profondeur. Poussez jusqu’à la petite cité médiévale de Saint-Enimie, ravissante avec ses vieilles ruelles. Les gorges de la Jonte offrent aussi des paysages étonnants de corniches calcaires tels les fameux vases de Chine et de Sèvres, noms donnés à deux de ces gigantesques corniches. À découvrir aussi lors de cette journée, l’Aven Armand, vaste ville souterraine de stalactites et de stalagmites classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Les gorges de la Dourbie

Les gorges de la Dourbie déroulent entre le Causse Noir et le Causse du Larzac un itinéraire sinueux où viennent s’accrocher de nombreux villages comme Cantobre et ses maisons de pierre agrippées à la falaise. Lors de cette promenade, vous découvrirez aussi le village de Saint-Véran avec ses ruelles étroites.

Une étape à Nant, permet d’admirer l’abbatiale romane de Saint-Pierre, les halles du XVIIe siècle ainsi que les Vernèdes, des petits canaux aménagés au bord de l’eau.

De la Roque Sainte-Marguerite, on peut emprunter plusieurs accès pour rejoindre les Causses. À ne pas manquer, le site de Montpellier le Vieux et son chaos de pierre façonné au fil du temps par l’eau et le vent. Il s’agit du plus grand labyrinthe rocheux d’Europe.

L’abbaye de Sylvanès

L’abbaye de Sylvanès, petit bijou cistercien situé dans le Sud-Aveyron au cœur d’une vallée boisée, fut élevée au XIIe siècle selon les règles de sobriété chère à l’ordre des moines de Citeaux. Malgré les outrages du temps, elle a conservé sa vaste nef unique et une galerie du cloître ouvrant sur une salle capitulaire et l’ancienne sacristie. Le lieu abrite aujourd’hui un centre culturel de renommée internationale ; son festival Musique Sacrées –Musiques du Monde attire un très large public.

Non loin de là, à quelques minutes de marche, perdue au milieu des forêts du Prieuré des Granges se trouve l’église orthodoxe russe, construite en Russie et ramenée par voie de train à Millau.

Comptez une bonne heure de Millau.

Plus loin, les richesses de l’Aveyron sont nombreuses de la Vallée du Lot qui abrite trois villages classés « Plus beaux villages de France » (Sainte-Eulalie d’Olt, Saint-Côme-d’Olt et Estaing) aux vastes espaces de l’Aubrac en passant par les destinations culturelles telle l’Abbatiale de Conques ou le musée Soulages à Rodez.

Un seul week-end ne saurait suffire.

L’Artisanat

Ville commerçante, Millau l’est depuis son antique passé. Ses porteries sigillées produites à la Graufesenque de manière quasi-industrielle s’exporteront dans tout l’empire romain, jusqu’aux frontières de l’Afrique et du Proche-Orient. Grâce à sa situation de carrefour entre Languedoc, Auvergne, Gascogne et Lyonnais, la ville prospère au Moyen Âge. Les troubles des guerres de religion viendront un temps perturber l’économie locale qui, dès le XVIIIe siècle, à la faveur de l’édit de Tolérance (1778), connaît un nouveau dynamisme.

Les nombreux protestants exilés reviennent à Millau avec un savoir-faire qui favorisera l’industrie mégissière et gantière de la ville. Aux premières heures du XXe siècle, Millau s’élève au rang de capitale de la ganterie. Une véritable industrie peaussière voit le jour portée par des industriels tels Buscardet, Guibert, Jonquet, Lauret ou plus près de nous les maisons Fabre et Causses.

Les gants de Millau

L’industrie de la ganterie millavoise dérive de l’élevage du Causse, plateau aride où seuls les moutons trouvent de quoi se nourrir. Elle est intrinsèquement liée à la production de fromage et surtout du Roquefort. Apparue dès le Moyen Age, elle connaît son plein épanouissement aux premières heures du XXe siècle et durant tout le siècle. En 1960, la ville compte quelque 80 ganteries.

Sa main d’œuvre est extrêmement spécialisée et recherchée ; le métier se transmet de père en fils et de mère en fille. Malgré la fermeture de nombreuses manufactures, la ville exporte encore des milliers de gants et travaille notamment pour la haute couture.

Aujourd’hui, la maison Causse, fondée en 1892 par Paul Causse, fournit des modèles aux grandes marques de luxe comme Louis Vuitton ou Chanel à laquelle elle appartient depuis 2012. Elle prend place dans un bâtiment, installé dans le quartier historique des gantiers, une architecture de bois et de métal imaginée par Jean-Michel Vilmotte. Non loin de là, avenue Gambetta, la maison Fabre, fondée en 1924 par Etienne Fabre, perpétue aussi une tradition familiale. Avec elle, le gant devient non plus un accessoire, mais un produit raffiné. Elle s’associe à des créateurs pour imaginer des modèles de luxe et ouvre en 1978 sa première boutique. Elle fournissait jusque-là des marques et des magasins.

Terre de Raujolles

Terre de Raujolles est une petite entreprise millavoise spécialisée dans la fabrication artisanale de faïences, de briques et de tuiles depuis 1830 produites à partir de l’argile locale extraite du Larzac. Sa réputation a passé les frontières régionales puisque cette dynamique entreprise gérée par la famille Rivière depuis 4 générations exporte aux quatre coins du monde. Son crédo ? Les propriétés de luxe, la rénovation de monuments historiques… Elle bénéficie aujourd’hui du Label « Entreprise du Patrimoine Vivant ».

Gastronomie

En Aveyron, le bonheur est aussi dans l’assiette ! Terroir aux beautés sauvages, la région s’adresse autant aux amateurs de grands espaces qu’aux plus fins gourmets. Sa gastronomie tient en un nom… le mouton dont la cuisine locale tire son originalité. Du lait, on fait le fameux roquefort et autre pérail, de sa chair les meilleurs gigots et carrés, de ses abats les fameux trénels et ris subtilement persillés. Et puis, l’Aveyron ne serait pas l’Aveyron sans sa charcuterie. Pour composer un plateau digne de ce nom, choisissez de la saucisse sèche ou bien tendre, finement coupée et à déguster du bout des doigts, certains l’agrémenteront d’un cornichon. Rajoutez des tranches de jambon de pays ainsi que du pâté et notamment du fricandeau, un pâté de campagne cuit au four dans une crépine de porc.

Quelques plats et recettes emblématiques pour vous mettre en bouche : Les Trénels de Millau, à ne pas confondre avec les tripoux, les premiers sont cousus et non ficelés et surtout à base d’abats de moutons. Les Ris d’agneau poêlés en persillades accompagnés d’une assiette de champignons. Le Coufidou préparé à partir des bas morceaux et du vin rouge. Nos fromages préférés, le roquefort bien sûr mais aussi le Rondin et pour les becs sucrés, la fameuse flaune à base de recuite à déguster surtout au printemps et en été. N’oublions pas les fouaces aveyronnaises !

À tous les gourmands, on conseille ce lien : deguster.blog.tourisme-aveyron.com/.

Événements

Avec près de 500 manifestations par an, Millau, ville « d’art et de lumière » est une cité festive ! Ne manquez pas les principaux rendez-vous culturels et sportifs tels les festivals de Millau en Jazz, de la Vallée et des Gorges du Tarn, les concours des jeunes chorégraphes… sans oublier les évènements sportifs comme les 100 km de Millau, la course des Templiers, le rallye des Cardabelles. Quelques dates à retenir :

La Course Eiffage du Viaduc de Millau, uniquement organisée tous les deux ans, la course voit les participants courir directement sur le célèbre Viaduc de Millau.

Le 17 mai 2020. www.course-eiffage-viaducdemillau.org

La Caussenarde, course VTT et pédestre organisée sur les sentiers du Larzac et du Causse Noir.

Le 7 juin 2020.

Roquefort en fête, festival pour gastronomes.

Les 13 et 14 juin 2020. www.roquefort-en-fete.fr.

« La vie à bras le corps », exposition consacrée au peintre Fernand Léger au musée Soulages.

Du 13 juin au 8 novembre 2020. www.musee-soulages-rodez.fr.

Natural Games, compétitions internationales en journée, musique en soirées, cet évènement réunit les meilleurs grimpeurs, kayakistes, slackliners, parapentistes et riders VTT du monde.

Du 25 au 28 juin 2020. www.naturalgames.fr.

Départ du Tour de France à Millau, pour les amoureux du cycle.

Le 3 juillet 2020. www.letour.fr.

Millau Jazz Festival, pour découvrir les diversités du Jazz d’aujourd’hui.

Du 12 au 18 juillet 2020. www.millaujazz.fr.

« Des Pierres et des Hommes », un spectacle son et lumière pour découvrir l’histoire de Séverac-le-Château.

Du 30 juillet au 7 août 2020. www.spectacle-son-lumiere-aveyron.fr.

Festival International de Pétanque de Millau (FIPEM).

Du 11 au 16 août 2020. www.petanquemillau.com.

Marathon et 100 km de Millau, le plus vieux 100 kilomètres français, lancé en 1972 et surnommé « La Mecque du 100 km ».

Le 26 septembre 2020. www.100kmdemillau.com.

Rallye Terre des Cardabelles, course sur terre considérée comme la vitrine du Championnat de France de la spécialité.

Du 9 au 11 octobre 2020. www.rallye-terre-cardabelles.org.

Festival des Templiers, fameuse course trail organisée sur le formidable terroir des Grands Causses.

Du 15 au 18 octobre 2020. www.festivaldestempiers.com.